لهب....لهب....لبنان صيفك لهب         حجر أحراش الجنوب....لهب         البقاع أخضرك ويابسك لهب       إلا   ....  إلا رجالك…. من عجب             عجب ....  عجب  …لبنان  عجب

الصفحة الرئيسية

موقع الدكتور محمد لمين تريفي

حديث الجمعة

طباعة PDF

حديث الجمعة
. الخطر على إنسانبة الإنسان من حشره في اجتماعيته النموذج الإنساني الأول ليس بآدم كما يظنه البعض . آدم هو الصورة البشرية الأولى... أما النموذج الإنساني هو سيد الخلق محمد ابن عبد الله عليه أفضل الصلاة السلام: "بعثت وآدم لم يزل بين الطين والماء"(حديث شريف)وهو الأسوة الحسنه والله هو المثل العلى. و لا غرابة في ذلك بما أن المعنى يسبق دائما الصورة. وهذا أمر أسيء فهمه وهو سبب من أسباب تعثر وتعطل المسارالإنساني في جانبه الدنيوي. لقد شطب النموذج ولم يُحتفظ إلا بالصورة حيث اقتصر البحث على حقيقة وجود آدم كبشر أو كقرد .آل هذا التمشي إلى القطع مع الجانب الوجداني لآدم ولم يعترف له إلا بالجانب العقلي ليسهل تجاوزه فيما بعد إذن القطع مع الجانب الوجداني أفسح المجال إلى الجانب العقلي المبتور من واحد من أهم روافده الإيمان بالتيه، دون أي مرجعية خارج مرجعية الهوى . وأد "بسكون الهمزة" الجانب الوجداني هو السبب في تكريس اجتماعية آدم وأهمال رسالته، وهذا حيف على إنسانية الفرد الإجتماعي... حيث لا بشرية بدون رسالة. ولا يمكن أن تنحصر رسالة الإنسان في عدم اضطراب البورصات حتي تحافظ التوازنات الإقثصادية على نوع من الإستقرار ويُفرض هذا لو أدى الأمر بالسلاح... هذا المنطق الأعرج فتح الباب على مصراعيه لكثير من الاجتهادات النظرية التي فرضت هذا التمشي المتمثل في شطب الجانب الروحي الوجداني وعلى رأس هذه النظريات نظرية النشوء والارتقاء والتي أخطر ما فيها هي تجاوز إنسانية أدم. الاعتراف لآدم بالجانب العقلي فقط كرس إجتماعيته المبتورة من معنى حياته ككل، وجعل منها حجر الأساس لوجوده، فأصبحت الحياة الإجتماعية بذلك مجموعة علاقات سلوكية تربوية لا مرجعية أخرى لها خارج قناعات الأبوين والنظام التربوي السائد لتكريس الأيديولوجية المهيمنة. ماذا نتج عن هذا المنطق؟ أصبح العقل عند الفرد أقرب منه إلى الغريزة عند الحيوان، همه المحافظة على وجوده المادي وهذا بتأقلمه وانصهاره في محيطه... حيث الكلأ هو أساس الحياة مع التناسل. وهذا حالنا اليوم أصبح العقل غريزة همه وجود تقنيات جديدة للعجلة الاقتصادية التي طغت على بقية محاور الحياة وفي سبيل دوران هذه العجلة الجهنمية يهتك العرض وتستباح الأراضي، وكما عند الحيوان الذكر المهيمن يأخذ شرعيته من قوته... ولم يعد للقانون أو للأخلاق أي اعتبار. (يتبع)

 

هدية ثمينة

طباعة PDF

هذه هدية ثمينة أهديها للجميع...هي رسالة من الحبيب بورقيبه من سجنه الى زوجته يوصيها فيه خاصة بتربية إبنه الحبيب...نكتشف بورقيبة الأب و le fin Psychologue وهي وثيقة لا مثيل لها ...عن زعيم بحق...

Lettre à MoufidaLe jeudi 21 août 1941
Très chère,Nous avons reçu le même jour — mardi 19 mai - la lettre de Bibi du 3 août avec la tienne, et mon frère ta lettre du 5. Elles ont mis une quinzaine de jours pour nous arriver. Ce n'est pas le record bien entendu, mais c'est tout de même un peu trop pour des lettres par avion. Bien plus, il est presque certain qu'une de tes lettres — celle où tu me parles de Mohammed et des raisons pour lesquelles « tu es partie seule à Ras Djebel avec Bibi »- a « sauté ». D'ailleurs, je ne désespère pas de la recevoir un jour car je ne crois pas que la question Mohamed puisse intéresser les services de la censure militaire. Quant à l'histoire Férid-Jamila, etc., je n'y attache pas une bien grande importance encore que l'attitude de Férid à Ras-Djebel eût gagné à être moins réticente. Mais il ne faut pas être trop exigeant de ce côté. Férid est un grand timide. Il devient maladroit à force d'être timide. Je t'ai dit qu'il y a là une question de tempérament ; et le tempérament c'est le domaine où la volonté a le moins de prise. Il faut bien savoir prendre les gens comme ils sont. Moi, toutes ces petites cachotteries cousues de fil blanc me font sourire. Je ne les prends jamais au tragique. Tâche de faire comme moi, surtout que nous avons bien d'autres sujets d'inquiétude qui méritent de retenir l'attention. On devient indulgent à force d'être philosophe. Nous avons reçu bien un télégramme de Si Allela Jilani nous annonçant que Monjia a accouché d'un garçon ! Je vois d'ici la joie débordante du papa qui attendait un héritier depuis si longtemps. Nous lui avons répondu mon frère et moi par un télégramme collectif. J'ai été bien content d'apprendre que Bibi se rend à dos d'âne à la « sénia » du cousin Bourguiba pour manger des karmous aux « ftaïrs ». Il faut qu'il fasse ample provision de vitamines pour l'hiver prochain. Cela m'a rappelé qu'à son âge j'en faisais autant à Skanès dans les jardins de ma tante Sakka ou de mes cousines quand ce n'était pas dans le nôtre, celui de m'sid Esserâ. C'est autour de tels souvenirs que se cristallise plus tard l'amour de la petite patrie, élément fondamental de l'amour de la grande. Or le patriotisme est, avec la religion, ce qu'on a trouvé de mieux jusqu'ici pour ennoblir l'homme, pour développer en lui l'esprit de sacrifice, le sens du dévouement, l'amour de ses semblables, sans lesquels il serait réduit à la condition de brute. A ce propos, je ne te cacherai pas que je suis très inquiet de songer que mon fils n'a pas mis les pieds à Monastir depuis plus de 4 ans et que, en mon absence - absence qui peut malheureusement se prolonger longtemps encore — tu ne fais rien pour réagir contre cet état de chose. Si tu veux que ton fils continue réellement son père, il faut le retremper de temps en temps dans l'atmosphère de la maison familiale, dans le milieu qui a vu naître et grandir son père, qui le verra peut-être mourir. Une trop longue séparation finira par le détacher de ce milieu, par couper les racines qui doivent l'unir à toute la lignée de ses ancêtres, c'est-à-dire par en faire un déclassé.L'absence prolongée de son père aggrave d'autant ta responsabilité à son égard, car c'est sur toi seule que pèse maintenant le souci de sa formation morale, c'est-à-dire de tout son avenir d'homme. Il faut absolument que tu trouves un moyen de résoudre ce problème. Ce qui m'inquiète, c'est que tu n'as pas l'air de te rendre compte de son importance. Je sais trop bien que tu as bien d'autres soucis en tête. Mais sous prétexte que l'air de Monastir ne convient pas à tes névralgies ou que la vie à Monastir entraîne pour toi des dépenses supplémentaires et une foule d'embêtements, tu as tendance à délaisser mon petit patelin natal. Tu oublies que pour la formation d'un Bourguiba, Tunis ne remplace jamais Monastir. A Tunis, nous ne disposons que d’un pied-à-terre à la merci du caprice du propriétaire. On ne se sent jamais chez soi réellement. Le bien essentiellement précaire n'est jamais solide entre l'homme et le foyer dont il n'a qu'une puissance provisoire, limitée dans le temps ; que reste t-il par exemple dans le souvenir de Bibi de notre séjour à St Henri, à La Marsa, à la Rue du Riserour ? Rien ! Ou presque rien. Il en sera de même de la place aux Moutons.Les conséquences d'un tel état de chose sur un enfant sont désastreuses. Quand j'étais dehors, je réagissais de mon mieux en organisant, de temps en temps, de courts voyages — presque des pèlerinages — pour retremper mon fils dans le milieu ancestral. Je sacrifiais mon temps, mon argent et ma tranquillité parce que j'estimais que le résultat en valait la peine. Depuis mon incarcération, tu n'y as plus pensé. C'est mauvais.Alors j'en arrive à me demander, au cas où je viendrais à mourir en prison, si mon fils mettra jamais les pieds à Monastir et s'il éprouverait plus tard le moindre attrait pour la vieille maison de ses ancêtres qu'il aura peu connue et qui ne lui rappellera rien ou presque rien. Or cette maison est le seul objet matériel qui lui fera toucher du doigt le lieu qui le rattache à ses aïeux et qui lui fera sentir qu'il est le continuateur d'une série de générations successives. Si l'on songe que les vicissitudes de ma carrière l'ont beaucoup éloigné de ses oncles paternels, de ses cousins et cousines, que les contingences géographiques l'éloigneront de plus en plus de ses oncles et de ses tantes maternels, il est à prévoir qu'une fois arrivé à l'âge d'homme, ce garçon ne se sentira de racine nulle part. Il aura beau être très instruit à ce moment, il ne donnera rien de bon et sera un beau raté. Il sera trop tard pour lui faire la marche car il y aura de fortes chances alors pour que nous soyons dans l'autre monde. C'est donc l'intérêt bien compris de notre fils qui doit te commander de retablir dès maintenant le contact avec sa famille là où elle est la plus près de ses origines, la plus imprégnée de traditions : à Monastir. Il faut donc organiser pour avant la rentrée un petit voyage à Monastir d'une semaine ou dix jours au moins et répéter la chose à chaque occasion. Et puis le fils est en âge maintenant de s'intéresser au petit patrimoine que mon père nous a laissé là-bas, à faire valoir ses droits, à surveiller en mon absence la gestion, à en reconnaître l'emplacement, afin qu'il puisse au moins le retrouver quand nous n'y serons plus. Tout le monde l'y aidera et il s'habituera ainsi à assumer ses responsabilités de copropriétaire, à continuer son père non pas seulement par le nom ou la forme de son nez, mais par des actes. Je ne t'en dis pas davantage car je n'en finirais pas. Mets-toi bien dans la tête que tu me soulagerais d'une grosse inquiétude et que tu rendrais un réel service à ton fils en donnant à ce problème une solution dans le sens que je t'indique. C'est ton devoir le plus sacré ; or je sais que je n'ai jamais fait appel en vain à ton sentiment du devoir. Je compte sur toi et fais confiance à ton intelligence. Le fils profitera de l'occasion pour aller visiter l’olivette de Chkeul, voir ce qui a été fait pour la prochaine récolte, surtout que le contrat de métayage que j'ai passé en novembre 1937 (pour 3 ans) a depuis longtemps pris fin, s'il a été renouvelé et à quelles conditions, etc. Il devra visiter surtout la grande « sénia » de Menzel Harb qu'il ne connaît même pas (à son âge !) dont il n'a aucune idée, envisager dès maintenant avec nos voisins (gens serviables) les moyens pratiques de faire acheminer à Tunis l'huile de la prochaine récolte. S'il n'y a pas de récolte cette année, raison de plus pour aller prendre des décisions sur place en vue de préparer le travail de la terre afin d'avoir une récolte sûre pour l'année prochaine. « L'oeil du propriétaire » ! C'est par des soins incessants qu'on arrive à faire fructifier son fonds, si petit soit-il. Si on s'en désintéresse, si son propriétaire lui-même le « laisse tomber », il dépérit et retombe en ruine, à moins que d'autres, plus malins, ne viennent profiter de l'aubaine. Au fait, tu devrais même l'accompagner, car tu es aussi intéressée que lui à la conservation de ce fonds. Ce n'est pas parce que, à la rigueur, nous pouvons nous en passer qu'il faut le délaisser. Il a pour nous une valeur symbolique. C'est le symbole de la durée et de la pérennité de la famille à travers les générations successives des Bourguiba. Ça te fera une petite excursion qui ne manquera ni de charme ni d'imprévu. Pour me résumer, je te dis ceci : mon absence prolongée crée pour toi de nouvelles obligations, des devoirs supplémentaires. En plus de tes devoirs de mère que tu remplis avec tant d'intelligence et de dévouement, tu dois assumer ceux que je remplissais moi-même ou que je devrais remplir en tant que père si j'étais libre, devoirs de chef responsable d'une famille dont il convient d'assurer et de préserver le patrimoine moral et matériel. C'est un nouvel effort que je te demande, de nouveaux sacrifices qui, j'en suis sûr, ne sont pas au- dessus de tes capacités. Je ne t'en aimerais que davantage. Inspire-toi de l'exemple des femmes de prisonniers, car toi aussi tu es dans une certaine mesure une femme de prisonnier. Mes baisers les plus tendres et les plus chauds. HabibTransmets mes remerciements les plus affectueux à cet unique Abdelmajid, aux cousins Bourguiba et à tous les amis sincères et dévoués. Une grosse « boussa » au fils.P.S. J'attends toujours les photos. Elles se font bien attendre hein ? Bons baisers Habib

 

سقوط الغرب

طباعة PDF


الغربالغرب الذي صفقنا لفتوحات العقل فيه: من علوم وديمقراطية وحقوق الأنسان....نبكيه اليوم لأنه داس وأهان ما كان يدافع عنه...الغرب بعد هجومه الثلاثي على الشام (أمريكا فرنسا بريطانيا) يستحق الشفقه عوضا عن النقمه ...ومرثية الأندلس لأبو البقاء الرندي...التي  نظمها بعد سقوط آخر أراضي المسلمين في الأندلس... تصح عليه تماما...
لكل شيء إذا ما تمّ نُقصان فلا يغرَّنَّ بطيب العيش إنسانهي الأمُورُ كما شاهدتها دولٌ من سرَّهُ زمنٌ ساءته أزمانُ......و يَنتَضي كلَّ سيف للفناء و لو كان ابنَ ذي يَزَن و الغِمدَ غِمدان...دهى الجزيرة أمرٌ لا عزاء له هوى له أُحدٌ و انهدَّ ثَهلانُ.....................................أصابها العينُ في الإسلام فارتزأتْ حتّى خلت منه أقطارٌ وبلدانُو أين قرطبةٌ دارُ العلوم فكم من عالمٍ قد سما فيها له شانُ....يا غافلاً و له في الدهرِ موعظةٌ إن كنت في سِنَةٍ فالدهرُ يقظانُ.....تلك المصيبةُ أنْسَتْ ما تقدَّمها و ما لها مع طولَ الدهرِ نَسيانُيا أيها الملك البيضاء رايته أدرك بسيفك أهل الكفر لا كانواأعندكم نبأ من أهل أندلسٍ فقد سرى بحديثِ القومِ ركُبانُكمْ يستغيثُ بنا المستضعفون و هم قتلى و أسرى فما يهتزُّ إنسانما ذا التقاطع في الإسلام بينكمُ و أنتمْ يا عبادَ الله إخوانُ......يا من لذلةِ قومٍ بعدَ عزتهم أحالَ حالهمْ كفر و طُغيانُبالأمس كانوا ملوكًا في منازلهم و اليومَ هم في بلاد الكفر عُبدانُ......فلو تراهم حيارى لا دليل لهمْ عليهمُ من ثيابِ الذلِ ألوانُو لو رأيتَ بكاهُم عندَ بيعهمُ لهالكَ الأمرُ و استهوتكَ أحزانُ.....يقودُها العلجُ للمكروه مُكرهةً و العينُ باكيةُ و القلبُ حَيرانُلمِثلِ هذا يذوبُ القلبُ من كمدٍ إنْ كان في القلب إسلامٌ وإيمانُ
إبدل كل ما هو أندلسي وعربي بما كان يفتخر به الغرب...الغرب الذي خانته الحكمة ، كما خانت أمم من قبلهم ,لم يتعضوأ...اليوم تدور عليهم دائرة السوء...ولو تغنوا بانتصاراتهم الوهمية.

 

رأي

طباعة PDF

رأي:متى يكون حسن الخلق؟ الإنسان هو روح وعقل وتفس وجسد. ومن تمام الأخلاق هو اتصاف كل بعد من هذه الأبعاد بجمال الخلق.

 
JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL